Obtenez une réponse immédiate
+ 33(0)3 28 22 64 40
  • FR

LIBERTY Steel Group envisage une usine d’acier à base d’hydrogène à Dunkerque !

LIBERTY STEEL GROUP, qui fait partie de GFG ALLIANCE, le 8ᵉ producteur d’acier mondial (en excluant la Chine), a signé un protocole d’accord (MoU) avec Paul Wurth et SHS – STAHL-HOLDING-SAAR (SHS) pour évaluer la construction et l’exploitation d’une aciérie à base d’hydrogène de taille industrielle à Dunkerque. Si elle est développée, l’usine serait l’une des premières de ce type en France.

Le projet est encore à l’étude mais il est suffisamment avancé pour devenir public. La décision sera prise d’ici fin 2021 et la mise en service est prévue entre 2024 et 2025.

Un acier vert grâce à l’hydrogène !

Ce projet vise à intégrer une usine de réduction directe du minerai de fer (DRI*) de 2 millions de tonnes, avec une unité intégrée de production d’hydrogène par électrolyse d’une capacité de 1 GW. Elle sera située à côté du site ALVANCE ALUMINIUM DUNKERQUE de GFG ALLIANCE. L’usine DRI utilisera dans un premier temps un mélange d’hydrogène et de gaz naturel comme réducteur pour produire du fer à réduction directe (DRI) et du fer briqueté à chaud (HBI**), avant de passer à l’utilisation à 100% d’hydrogène une fois l’unité de production d’hydrogène par électrolyse terminée. Le DRI / HBI produit sera principalement utilisé dans le four électrique à arc de LIBERTY Ascoval en France mais les éventuels excédents seront utilisés dans les aciéries intégrées d’Ostrava et Galati de LIBERTY ainsi que dans les usines de DILLINGER et SAARSTAHL du groupe SHS en Allemagne.

Le Choix du Dunkerquois:

Le choix du site est justifié et revient essentiellement au positionnement stratégique de Dunkerque et à son PORT« La tendance en sidérurgie est de construire les unités de production d’acier dans les ports, là où arrive le minerai et non plus dans les terres », a notamment expliqué Roland Junk, le président de Liberty Steel Europe, dans le magazine l’Usine Nouvelle. S’installer à côté des centrales nucléaires les plus puissantes est sans doute également une belle opportunité pour « Liberty Steel Europe » pour booster son projet d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030 tout en s’assurant la fourniture régulière en électricité pour produire l’hydrogène par électrolyse.

L’hydrogène sera décarboné !

Une première phase d’étude d’environ 12 semaines sera suivi  par une 2éme phase  dans laquelle les paramètres techniques, financiers et les partenariats nécessaires pour la mise en œuvre de cette usine seront définis. Selon Roland Junk « Cette transformation vers l’acier vert est un défi, une urgence, mais les solutions ne sont pas encore tout à fait claires, . Il n’est pas encore évident de savoir comment vont s’organiser les flux, d’où viendra l’hydrogène. Il est logique de monter ces projets avec des partenaires » car, selon lui, « ce ne seront pas les sidérurgistes qui vont produire l’hydrogène vert dont ils auront besoin », pour produire de l’acier décarboné » . Puisqu’obtenu grâce à un processus d’électrolyse, l’hydrogène utilisé par l’usine sera décarboné.

  • Lexique * : DRI = Direct Reduced Iron = réduction directe du minerai de fer , ** HBI = Hot Briquetted Iron = fer briqueté à chaud


    Je souhaite être contacté.e pour :


    Ces actualités peuvent également vous intéresser

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Et si nous restions en contact ?

    Rejoignez la communauté des entrepreneurs les plus créatifs et recevez par email le meilleur de notre actualité.



    a

    Voir les témoignages
    Contactez-nous